ÉDITIONS UMUSOZO
Home Courrier Umusozo Livres e-books Recherche Commandes Livres d'occasion Contact
Clivage 1


Clivage du moi : « coexistence de motions pulsionnelles opposées, sans intégration ni compromis possible ; coexistence d'une partie du réel avec le déni de certaines perceptions de la réalité intérieure et extérieure. » 2

La définition ci-dessus du mécanisme de clivage, par-delà la vie psychique individuelle, permet de formuler des hypothèses de recherche sur les violences collectives en général : si la foule s'organise autour d'un chef commun, il importe de souligner que le « leader » représente à la fois « le modèle » à suivre pour atteindre un but, puis cet « idéal » ultime lui-même. Ainsi, tout « idéal » suppose la perfection rêvée – l'utopie, à côté de laquelle il doit exister des situations d'échec ou des figures négatives – des contre-modèles – à combattre.

Pour cela, là où il y a l'admiration du leader, il y a nécessairement la conscience de l'ennemi commun ! Autrement dit, la conscience d'appartenance à un groupe suppose la désignation d'autres groupes distincts, des groupes rivaux. Chez les Rwandais, à partir du mythe fondateur de ce peuple, nous verrons que la vie politique et sociale s'organise autour du clivage entre « ceux qui sont venus de l'extérieur » - des « immigrés dominateurs » - et des « autochtones » dominés ! Jusqu'au début de l'ère coloniale, le monarque servait de « figure » fédératrice pour tous ses sujets et le mythe avait été transformé en idéologie du « mérite » individuel par le biais du servage. 3

Cependant, ayant réveillé le « vieux clivage mythologique » en établissant une « carte d'identité ethnique », l'administration coloniale aura inauguré le cycle de violences collectives au Rwanda entre « bons » et « mauvais », entre « dominateurs et dominés », entre « petits » et « grands », entre « victimes » et « bourreaux » !

Dans son article«  la criminalité  », 4 M. Klein décrit des situations particulières : « (…) dans le cas où, à cause d’un sadisme violent et d’une angoisse écrasante (…), le cercle vicieux de la haine, de l’angoisse et des tendances destructrices ne peut être brisé, le sujet reste sous le coup des situations d’angoisse de la première enfance et conserve les mécanismes de défense propres à ce stade précoce. Dans ce cas, si la peur que le surmoi inspire dépasse, pour des raisons extérieures ou intrapsychiques, certaines limites, le sujet peut se trouver contraint à détruire des gens, et cette contrainte peut constituer la base soit d’une conduite de type criminel, soit d’une psychose. » 5 Or, « l'amour et la haine sont dès le début de la vie projetés sur » l'objet parental. Par la suite « les fantasmes » clivés « s'étendent (...) à d'autres personne. » 6 Ainsi, le clivage serait défini comme étant la coexistence des représentations pulsionnelles opposées au détriment d’un moi narcissique unifié.

Nous utiliserons ce concept de clivage , dans le sens kleinien ci-dessus exposé, pour décrire certains mécanismes de clivage à l'origine de la désignation des « boucs émissaires » au sein des groupes : « mauvais objets » identifiés comme tels, certains membres de telle ou telle communauté humaine seront massacrés ou poussés à l'exil par leurs propres concitoyens. Puis, les mêmes mécanismes psychiques de clivage précoce seraient à l'origine de la violence chez certains adolescents en situation d'exil, comme nous le verrons dans la dernière partie de notre recherche. 

1Cf. SEBUNUMA D., La compulsion de répétition dans les violences collectives, thèse de Doctorat soutenue le 25 février 2011 à l'Université Paris Diderot - Paris7, publiée à l'Université Lille3, Atelier National de Reproduction des Thèses, 2012 ; puis à Issy-les-Moulineaux, Éditions Umusozo, 2013.

2GUELFI J. D. (sous la direction de), Psychiatrie , Paris, Masson, 1987.

3 DEVEREUX G., article « La renonciation à l'identité : défense contre l'anéantissement », in Revue française de psychanalyse , janvier – février 1967, N° I, tome XXXI, pp. 99 – 142.

4KLEIN M., (1934), texte « La criminalité », in Essais de psychanalyse 1921 – 1945, Paris, Payot, 1968, pp. 307 – 310.

5Ibid.

6KLEIN M., (1955), texte « A propos de l'identification », in Envie et gratitude et autres essais , Paris, Gallimard, 1997, pp. 140 – 147.

Déogratias SEBUNUMA
Psychologue clinicien - Auteur

Titulaire du Doctorat de
 
«Recherche en psychopathologie
fondamentale et psychanalyse
»

Psychopathologie
Descriptive II


Synthèse

Commander

Le Jugement
de l'Histoire


Synthèse

Commander

Le génocide
au Rwanda


Synthèse

Commander

Essai sur
l'autosuggestion


Synthèse

Commander

Psychopathologie descriptive I
Essais
sur les violences collectives

Synthèse

Commander

Communautarisme
et autochtonie –
Du cas du Rwanda
à l'universel

Synthèse

Commander

Rwanda :
crimes d'honneur
et influences régionales

Synthèse

Commander

Rwanda :
crise identitaire
et violence collective

Synthèse

Commander

La compulsion
de répétition
dans les violences collectives

Synthèse

Commander

La compulsion
de répétition
dans les violences collectives

Rwanda :
crise identitaire
et violence collective
Cet ouvrage est désormais édité par
les EDITIONS UMUSOZO